DEAMBULATIONS TEXTILES #2 – installation textile de Corinne Berthéas

« 2012, je chemine vers Santiago de Compostella… 17 mai, 1ère étape en Galice, 27 km de grimpette en montagne sous le soleil, j’ai chaud… puis enfin le sommet, O Cebreiro ….
[…] Du linge sèche, flotte au-dessus de moi… […] 
“Dès le XIXe siècle le monogramme fait son apparition et est utilisé par les jeunes femmes pour marquer leur linge et constituer leur trousseau avant le mariage. Il s’agit d’un acte symbolique, créatif et délicat.”
[…]

                                                                                                                                                                    Corinne Berthéas, février 2024

Elle peint et elle « textile »…
Elle s’imprègne, elle touche, elle froisse, elle choisit : soie, filet, jute, coton, dentelle… Et c’est le début du « Tableau » : elle colle, elle peint, elle coud… […]

Et elle, on dirait qu’elle y entre à pas feutrés, comme prudemment, dans son grenier-mémoire du point bourdon, du
napperon, du drap brodé… On dirait qu’elle s’y glisse, furtive, dans cet univers là : celui du fil, du pli et du tissé ; et dans cet autre aussi, bien plus près de l’humain : celui des innombrables « petites mains » qui n’ont jamais cessé, silencieusement, de travailler dans l’ombre, celle du château ou de l’usine ; petites mains qui tissent et trament, inventent des techniques,
transmettent des savoirs comme celui, par exemple, de l’infinie patience, ou celui, moins facilement accessible,
de la légèreté…[…}

                                                                                                                                       Françoise Longeard-Sanyas. Septembre 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *