Memory Tracking – traces de mémoire

Par quel hasard passe, parfois, la création !

 

Une pluie verglaçante sur l’autoroute oblige les véhicules à s’arrêter le plus vite possible.

Je me retrouve dans la station d’une aire d’autoroute qui se remplit peu à peu de naufragés de la route un peu stupéfaits et pas mal amusés. La conversation s’engage avec une famille, à la même table que moi. Avant de nous quitter, échange de cartes de visite. Quelques mois plus tard, William Azan me passe commande d’un travail photographique. Il est avocat, spécialisé dans le droit de l’environnement. Il aime les livres et l’art. Voilà comment, cette première commande dans ma carrière de land artiste photographe, m’entraîne vers des chemins que je n’aurais jamais pensé emprunter

Cogitations, nuits difficiles, doutes.

Enfin, quelque temps plus tard, tôt le matin, une belle lumière.

J’attrape mon Nikon et quelques livres et vais dans le jardin pour regarder ce qu’ils peuvent me raconter quand je les pose dans l’herbe.

Je n’avais pas prêté attention à mes poules qui, curieuses, se sont approchées.

Voilà comment m’est venue l’idée de promener les livres dans la variété des paysages, des visages de la Terre. En faire des Témoins, comme je l’avais fait, quelques années auparavant, avec des pierres en équilibre, lors de la transformation du port maritime de Marseille.

Ainsi, le Livre s’est posé dans des champs de blé en été, de tournesols fatigués en automne ou parmi les maïs givrés de l’hiver.

Il a pris son envol au-dessus de la terre fraîchement labourée dans le Tarn, à Rotterdam, aidé par un vent violent, il a observé les industries installées sur les hectares de terre gagnés sur la mer du Nord.

Il a plongé dans un ruisseau, a été pris dans la glace, a survécu au feu, puis a disparu emporté par les vagues de l’océan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *